23 Avr 2018

Kamelot: Critique et photos du spectacle à Montréal (2018)

Ce dimanche se voulait une soirée plus que festive au M Telus alors que Kamelot effectuait un arrêt dans la métropole. Afin d'accompagner la troupe américaine, nous avions droit à Delain et Battle Beast.

Battle Beast était donc la première des formations à flouer les planches de la scène. La troupe a donc offert une prestation de feu qui en a ébloui plus d'un. D'ailleurs, même si la salle était loin d'être bondée, la foule était sous l'emprise du groupe surtout celle de la chanteuse Noora Louhimo qui faisait faire ce qu'elle voulait à son auditoire. Sinon, les musiciens ont servi le meilleur d'eux même le tout agrémenté d'un bon son et éclairage. Je n'ai aucun mauvais mot pour cette première partie.

Setlist

Straight To The Heart

Bringer Of Pain

Familiar Hell

Black Ninja

Lost In Wars

Bastard Son Of Odin

King For A Day

Beyond The Burning Skies

C'était alors à Delain de prendre les choses en main. Les musiciens n'en sont pas à leur premier passage à Montréal et ça parait! Les artistes n'avaient pas encore joué une minute qu'on sentait déjà la complicité et la puissante énergie qui unissaient les deux partis. D'ailleurs, si Charlotte Wessels tenait déjà les fans dans le creux de sa main, il ne fallut que quelques mots en français pour qu'elle puisse devenir le maestro de l'auditoire. Dès cet instant, elle a su manier les partisans afin qu'ils ne soient pas témoin du spectacle, mais participants, car elle ne cessait de fait taper le rythme aux spectateurs ou bien de les faire sauter sur place. Il faut croire qu’un fan en particulier était davantage sous le charme de la troupe, car, selon les dires de la chanteuse, cette personne voyait le groupe pour la 250e fois. Si l’ensemble de la prestation était délectable, j’ai cependant trouvé que la sonorisation n’était pas au rendez-vous; j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup trop de basses dans le mix, ce que j’ai trouvé plutôt spécial puisqu’il n’y avait aucun bassiste sur les planches.

Setlist

Hands Of Gold

Suckerpunch

Glory And The Scum

The Hurricane

Danse Macabre

Fire With Fire

Mother Machine

Don’t Let Go

We Are The Others

Même si la salle n’était vraiment pas remplie à sa capacité maximale, il est indéniable qu’il y a ce je ne sais quoi qui unit Kamelot avec la métropole québécoise. D’ailleurs, les musiciens, principalement le chanteur Tommy Karevik, ne se sont pas gênés de répéter à de mainte reprise à quel point ils aiment notre ville. On eut aussi droit d’apprendre que plusieurs moments de la soirée allaient être captés par des caméras afin d’apparaitre sur un DVD qui suivra cette tournée. Si les deux autres groupes nous ont offert des prestations très énergiques, Kamelot semblait avoir décidé de mettre la barre encore plus haute; ce que le groupe a réussi haut la main. La présence de chacun des musiciens était tout simplement étourdissante tellement on ne savait pas trop par où tourner la tête. Sinon, même quand le groupe a interprété la chanson Here’s To The Fall, un moment beaucoup plus tranquille, on eut la chance de profiter pleinement de cette balade à la lueur de plusieurs cellulaires allumés à la demande du chanteur. Par ailleurs, tant qu’à parler d’éclairage, j’ai trouvé que nous avons été plus que choyés par l’incroyable jeu de lumière que nous avons pu voir. Les musiciens du groupe ont peut-être servi une bonne performance, mais on ne peut passer sous silence l’invité spécial de la tournée la chanteuse Lauren Hart du groupe Once Human. Cette dernière a su en mettre plein la vue autant avec sa présence que son puissant chant guttural. Toutefois, Hart n’était pas la seule artiste d’un autre groupe puisque c’était Alex Landenburg qui tenait les baguettes derrière l’arsenal de tambours au lieu de Johan Nunez. Comme si ce n’était pas assez, Charlotte Wessels a même profité de la chanson Sacrimony (Angel Of Afterlife) afin de faire un retour sur scène.

Au final, outre les problèmes de gestion de la sonorisation pendant Delain, j’ai trouvé que nous avons eu droit à une prestation sans faille. Sinon, si Kamelot aime autant Montréal que ce dont les musiciens nous ont fait part, ils ne devraient tarder à revenir avec l’accueil qu’ils ont reçu.

Setlist

 

Phantom Divine (Shadow Empire)

Rule The World

Insomnia

The Great Pandemonium

When The Lights Are Down

End Of Innocence

Veil Of Elysium

Here’s To The Fall

RavenLight

Solo Batterie

March Of Mephisto (avec Lauren Hart)

Amnesiac

Sacrimony (Angel Of Afterlife) (Avec Charlotte Wessels et Lauren Hart)

Solo Clavier

Forever

Liar Liar (Wasteland Monarchy) (Avec Lauren Hart)

Lu 2057 fois Dernière modification le lundi, 23 avril 2018 09:22
Évaluer cet élément
(0 Votes)