19 Mai 2018

The Damn Truth : critique et photos du spectacle à Montréal (2018)

Il a fait CHAUD au Corona hier soir. C’est pratiquement devenu une tradition : The Damn Truth est venu clore sa tournée chez lui, avec les siens. C’est une salle à guichet fermé qui attendait le groupe. Le trio Altered by Mom était chargé de réchauffer la salle avant l’arrivée des chéris de la foule.

Altered by Mom fait un rock à tendance pop assez conventionnel, qui a semblé plaire à la foule. Devon et Gina, les deux chanteurs du groupe ont beaucoup d’énergie sur scène et y sont très à l’aise. La salle s’est remplie rapidement durant leur spectacle d’une trentaine de minutes et leur enthousiasme a gagné les spectateurs. Ils ont eu droit à une bonne acclamation lorsque les lumières se sont éteintes. Personnellement, aucune des chansons n’a particulièrement attiré mon attention, mais je n’étais peut-être pas le spectateur idéal pour leur type de musique.

C’est au son de White Rabbit, de Jefferson Airplane, que The Damn Truth est entré sur scène. Avant même qu’ils jouent la première note, la foule était déjà conquise. Lee-La (la chanteuse) a répété à plusieurs reprises que Montréal est leur maison et ça se sentait. La foule accueillait un vieil ami revenant de voyage. Le groupe a réussi le tour de force de nous présenter un spectacle à la fois intimiste et explosif.

Il faut le dire : les membres de The Damn Truth ont de l’énergie à revendre. Sur scène, Lee-La, Tom, Dave et PY se donnent sans compter. Il n’y a pas beaucoup de temps morts durant leur spectacle. Leur incroyable présence scénique et le rock enflammé au son vieillot qu’ils jouent constituent un mélange qui ne laisse personne indifférent. Le groupe nous a servi une bonne portion de leur album The Devilish Folk, ainsi que d’autres succès et chansons favorites de la foule.

Les moments forts ont été nombreux. Évidemment, les succès comme White Lies et Get With You ont donné l’occasion à la foule de se défouler. Et même leur plus récent succès, Alex, a donné lieu à un beau moment, où le groupe est revenu sur scène, Lee-La et Tom avec des guitares acoustiques, pour nous interpréter cette histoire dramatique. Lee-La, toujours aussi expressive en spectacle, est toujours l’attraction principale, même si les autres lui font beaucoup de compétition.Elle s’est même payé un petit périple de body surf vers le milieu du spectacle.

Les spectacles de The Damn Truth sont toujours des événements à me pas manquer et hier soir n’a pas fait exception.

Lu 481 fois
Évaluer cet élément
(1 Vote)