23 Mai 2018

Emmure: Critique et photos du spectacle à Montréal (2018)

Le théâtre Fairmount a reçu la visite du groupe métal américain Emmure. Leur dernier passage au Canada remonte à novembre 2014 il était donc spécial d’assister à leur premier concert en sol canadien depuis tout ce temps et ce, dans le cadre de la tournée The Natural Born Killers.

C’est d’abord le groupe montréalais Sudden Waves qui a ouvert la soirée, pour leur tout premier concert d’envergure. Les encouragements répétitifs du chanteur à se rapprocher plus près de la scène auront porté fruit car les gens ont suivi la directive graduellement de façon incognito.

Ensuite, les gars de Varials, originaires de Philadelphie, sont venus nous montrer de quoi ils étaient capables. Le parterre comptait maintenant plusieurs fans et était stratégiquement constitué d’une ouverture réservée aux moshpits qui ont d’ailleurs éclatés dès les premières notes. À mi-chemin entre le métal et le hardcore avec ses riffs pesants, leur musique me fût thérapeutique et relaxante. Tout le monde a semblé y trouver son compte, surtout les ‘’mosheux’’ qui montaient sur la scène afin d’y effectuer certaines chorégraphies. C’était le premier concert à vie au Canada pour Varials et je suis très heureuse d’y avoir assisté.

C’est avec un parterre qui devenait de plus en plus plein, pour amateurs avertis seulement, que le groupe de metalcore ontarien Counterparts s’est emparé de son dû. Brendan Murphy n’a pas perdu de temps et a exigé des fans qu’ils ouvrent le pit d’un bout à l’autre (Open this fucking pit side to side!). Il ne fallait pas s’attendre à moins de sa part et tout au long de la performance, les fans ont répondus positivement à chacune de ses directives. Pendant qu’il crachait énergiquement sans relâche les paroles, les breakdowns ont été nombreux, tout comme les stages dive et les moshpits. Les fans plus qu’impliqués criaient les paroles et les plus audacieux, ont fait quelques pile-on (phénomène très hardcore où les fans se sautent dessus pour accéder au micro). Murphy et son groupe ont fait leur place depuis un moment déjà dans le cœur des montréalais et ce fût une performance épique!

Après cette solide partie, j’aurais cru que les fans s’essouffleraient mais non, ils étaient plus que gonflés à bloc pour l’acte final: Emmure! Frankie Palmeri est entré sur la scène avec un air satisfait en voyant tout le monde qui s’entassait devant lui. Il n’y avait plus de place pour qu’un pit décent se forme alors les fans s’y sont adaptés en se garochant partout et en faisant du body surfing et des stages dive bien sûre. Les mélodies metalcore à forte résonnance rap ont gardé la foule agitée pendant près d’une heure. Les gars ont pigé dans leur vaste répertoire, jouant toutefois 6 pièces du dernier album Look At Yourself dont Torch, une des pièces qui a reçu un des meilleurs accueils. La scène montréalaise a bonne réputation et ça, Palmeri le savait très bien! À plusieurs reprises, il titillait les fans d’un simple ‘’Montréééallll’’ avec un petit air baveux, leur signifiant de se préparer, ‘’ça va repartir’’.

J’ai bien aimé leur performance générale à l’exception des stroboscopes qui s’acharnaient plus que nécessaire (épileptiques s’abstenir!). De plus, il y avait trop de temps morts entre chaque pièce, ce qui m’a fait décrocher du concert à un moment donné. Et comme si ce n’était pas suffisant, après 30 minutes à jouer, le groupe entier a quitté la scène pour faire on ne sait quoi. Ils y sont revenus quelques minutes plus tard pour continuer leur set, comme si de rien n’était. Suis-je la seule à avoir décrochée? Les fans autour de moi ne semblaient pas du tout s’en soucier. Au bout du compte, ce fût un concert metalcore ‘’classique’’ : sans artifice où toutes les chansons ont fini par se ressembler.

Lu 762 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)