27 Mai 2018

Aborted : Critique et photos du spectacle à Montréal (2018)

Ce soir, à l’Astral, une foule de joyeux metalleux s’est tassée dans la petite salle afin d’assister à un spectacle mémorable, puisque la tournée Devastation on the Nation y marquait son deuxième arrêt. Au total, sept groupes de death metal devaient s’y produire : Vale of Pnath, Venom Prison, Arkaik, Ingested, Disentomb, Psycroptic et Aborted.

Malheureusement, Venom Prison est resté coincé aux douanes trop longtemps et n’a donc pas pu être présent. Toutefois, chacun des six autres groupes s’est montré si généreux envers les fans que l’absence de Venom Prison a rapidement été pardonnée.

Ouvrant la soirée, Vale of Pnath a montré beaucoup d’enthousiasme à se retrouver devant le public québécois pour la première fois. Malgré le fait que la voix du chanteur ne se fasse pas entendre très fort pendant la prestation, le groupe a su se montrer à la hauteur des attentes des spectateurs envers la soirée entière. Le spectacle commençant à 16h30, j’ai trouvé surprenant le fait que la foule soit aussi grosse dès l’arrivée de Vale of Pnath. Visiblement, nombreux étaient les fans de ce groupe de technical death metal, et chacun s’est montré satisfait de sa performance même si elle était courte (une trentaine de minutes), le nombre de groupes présents limitant évidemment le temps de scène de chaque band. L’élément le plus marquant de cette demie-heure, selon moi, est la précision de chaque musicien.

Suivant Vale of Pnath : Venom Prison. Comme mentionné plus haut, la troupe n’a pu se rendre à l’Astral à l’heure prévue.

C’est donc avec impatience que nous avons attendu que le groupe suivant, Arkaik, soit prêt à nous chatouiller les oreilles de ses douces mélodies. C’est avec une belle énergie commune qu’il s’est produit. Après le long moment de « silence » dû à l’absence du band précédent, les 25 minutes d’Arkaik ont apaisé les cœurs frustrés et ont réchauffé le cou des headbangers.

Puis, alors que le temps me semblait filer rapidement, Disentomb est monté sur scène pour prendre le relais d’Arkaik. Comme les groupes précédents, il n’a eu que 30 minutes pour combler les metalleux dans la salle. Il a entre autres interprété les chansons The Promethean Altar, Cystic Secretion, Abominations Created Through Divinity et Pyres Built From Their Severed Wings. L’énergie de ce groupe est incroyable : le chanteur, dont la voix est aussi puissante qu’un coup de tonnerre, traverse fréquemment la scène tel un dinosaure pesant se dirigeant vers sa proie, et le batteur prend visiblement beaucoup de plaisir à abattre ses baguettes sur sa batterie. Le public était clairement satisfait de cette performance.

Après Disentomb venait Ingested. La quintette a su ravir ses fans en interprétant, avec beaucoup de plaisir, Purveyors of Truth, Narcissistic Apathy, Skinned and Fucked et Invidious. La tranquilité des guitaristes est surprenante et démontre une aisance certaine devant une foule. Cette performance m’a toutefois attristée, car elle était bien trop courte. Heureusement, il restait encore deux groupes dont le temps de scène était plus long que celui de tous les autres.

Les 45 minutes suivantes étaient toutes pour Psycroptic, un band originaire de l’Australie dont le chanteur est aussi énergique qu’un chiot. Son but était probablement de nous faire headbanger le plus possible. Le son était ajusté à la perfection, ce qui nous a permis d’entendre la voix du chanteur aussi bien que chacun des instruments. Le public a montré beaucoup d’enthousiasme dès les premières notes lancées par le groupe. Tout au long de la performance, les gens formaient des mosh pits et se bousculaient : tous des fans comblés par la soirée ! Les lumières étaient aveuglantes et perturbantes, mais elles représentaient bien Psycroptic et la douce folie invoquée par les accords des guitares. La prestation a pris fin trop rapidement au goût de tous les fans réunis : tous criaient « PSYCROPTIC! PSYCROPTIC! » pour que le groupe joue plus longtemps, mais il n’en avait pas pas la possibilité.

Finalement, les membres d’Aborted ont mis le feu à l’Astral dès l’instant où il ont mis les pieds sur la scène. Les autres bands de la soirée n’ayant pas assez de temps pour interagir avec la foule, ils n’ont pris le temps que de nous saluer et de nous remercier, au grand plaisir des fans. Aborted, par contre, avait assez de temps pour interagir avec ses fans. Le chanteur en a donc profité pour nous parler… en français. Le groupe a été généreux : il a interprété des vieux succès autant que des titres plus récents, dont Meticulous Invagination, Hecatomb et Bit By Bit. À la toute fin de la soirée, un fan a même pu entendre la chanson qu’il demandait depuis l’arrivée d’Aborted : Organic Puzzle. Tous les metalleux réunis étaient comblés par ce qu’ils entendaient. Puis, aussi soudainement qu’il a commencé, le spectacle a pris fin et tout le monde est parti.

Demain, de nombreux metalheads se réveilleront avec un mal de cou épouvantable.

Ce fut une soirée mémorable.

Lu 919 fois Dernière modification le dimanche, 27 mai 2018 10:19
Évaluer cet élément
(0 Votes)