29 Mai 2018

Hammerfall: Critique et photos du spectacle à Montréal (2018)

En ce lundi soir, il y avait de la belle visite au Foufounes Électrique tandis que Hammerfall était de passage dans la métropole. Comme si ce n'était pas assez, Flotsam  And Jetsam était là ainsi que Fractal Crypher et Istanzia.

Malheureusement, dû à des raisons personnelles, je ne put être de l'événement qu'à la fin de Fracral Crypher. De ce que j'ai eu vent, ce fut deux bonnes prestations qui ont su réchauffer tranquillement l'auditoire. Connaissant un peu Fractal Crypher, je dois avouer être déçu de les avoir ratés puisque j'aime bien leurs oeuvres et espérais finalement les voir pour la première fois. Mais bon, ce n'est que partie remise.

Cela dit, c'est donc devant des Fous plutôt bondés que les membres de Flotsam And Jetsam se sont unis sur scène. Il n'y a pas à dire, le groupe roule sa bosse depuis longtemps et ça parait. La scène n'est peut-être pas la plus grosse en ce monde, mais cela n'a pas empêché les musiciens de l'utiliser à son plein potentiel. Ceux-ci ont offert une prestation énergique où la complicité régnait entre non seulement les artistes, mais aussi avec la foule. D'ailleurs, on put voir de nombreux mosh pit avec une intensité assez respectable. Sinon, la sonorisation était parfaite! Ce qui nous permit de ne perdre aucune note. Côté chanson nous avons été choyés avec une excellente setlist qui nous permit d'apprécier entre autres Iron Maiden, I Live You Die et Dreams Of Death.

La troupe d'Hammerfall était donc de retour parmi nous au grand plaisir des fans. Ceux-ci se sont d'ailleurs époumonés de joie à l'entrée des musiciens. Dès les premières vibrations des cordes vocales de Joacim Cans, on remarquait que ce dernier était très en voix ce soir; ce qui annonçait bien ce qui allait suivre. Le groupe s'est donc immédiatement approprié la scène comme si c'était celle du Wacken. Les musiciens donnaient vie à leur musique avec une telle présence qu'on ne savait jamais vers où tourner la tête. De plus, la complicité entre le groupe et ses fans est flagrante et enivrante; personne ne pouvait rester de marbre face à cela. D'ailleurs, la relation entre les deux parties était tel que Cans s'est même permis de prendre le cellulaire d'une personne à l'avant afin de filmer le concert pour lui. Aussi, les admirateurs sont restés hypnotisé par la performance ne s'adonnant que très peu au mosh pit (il n'y en a eu qu'un seul à la dernière chanson), ce qui ne fut aucunement une mauvaise chose en cette soirée. Côté interprétation musical, quoi demandé de mieux? Tout était précis et efficace. Les solos étaient impeccables ce qui démontrait bien le haut calibre de jeu d'Oscar Dronjak et de son acolyte Pontus Norgren. Toutefois, bien que tout était en ordre, j'ai trouvé que côté éclairage ça laissait à désirer. Même le chanteur a démontré son mécontentement au technicien, et ce, dès le début de la soirée. 

Au final, Hammerfall est arrivé avec un seul but en tête: rendre la soirée mémorable. Ont-ils réussi? À en croire le sourire qui était dessiné sur le visage de plusieurs à la fin de l'événement, je crois qu'ils peuvent se dire mission réussie.

Setlist

Hector’s Hymn

Riders Of The Storm

Renegade

Dethrone And Defy

Blood Bound

Any Means Necessary

B.Y.H

Crimson Thunder

Threshold

Built To Last

Last Man Standing

Legacy Of Kings Medley

Heeding The Call

Let The Hammer Fall

Hammer High

Bushido

Hearts On Fire

Lu 1351 fois Dernière modification le mardi, 29 mai 2018 02:37
Évaluer cet élément
(0 Votes)