21 Jui 2016

Red Hot Chili Peppers : The Getaway (2016)

Album : The Getaway

Compagnie : Warner Music

NOTE : 7.5/10

Critique de l'album The Getaway des Red Hot Chili Peppers

Force est d'admettre que les Chili Peppers ont la couenne dure. The Getaway est le onzième album studio du groupe en plus de 30 ans de carrière. Et après avoir lu la biographie du chanteur Anthony Keidis, je peux vous confirmer que ça tient presque du miracle. Malgré tout ce qu’on peut leur reprocher, RHCP est toujours resté populaire aux yeux du publique, même si la critique a parfois été dur à leur égard.

Avec trois décennies de musique sous le chapeau, il était un peu temps pour le groupe funk rock de se trouver un nouveau souffle. Heureusement, le quatuor américain s'est bien entouré pour ce nouvel album:  une collaboration avec Elton John, Danger Mouse à la réalisation, Nigel Godrich derrière la console et Josh Klinghoffer à la guitare. Ce dernier remplace John Frusciante, qui a quitté le band en 2009. Disons que ça augure bien: le légendaire bassiste Flea est déjà copain-copain avec Godrich depuis Atoms For Peace et Danger Mouse cumule les succès depuis quelques années (Adèle, Portugal. The Man, The Black Keys ).

Sans contredis, The Getaway est très différent de tous les autres albums des Peppers. On se rend compte dès la première écoute que Rick Rubin, qui a réalisé les six derniers opus du groupe, n'est plus dans le portrait. Brian Burton prend toute la place et ça paraît! Sa réalisation, à défaut d’être invasive par moment, est plus soignée, plus glauque. On délaisse le côté ensoleillé qui ont fait de Californication, By The Way et Stadium Arcadium  d’excellents albums cette  tangente apporte un renouveau dont les Chili Peppers avaient grandement besoin. D'entrée de jeu les pièces The Getaway et Dark Necessities vont plaire à plusieurs. Elles restent en terrain connu mais laissent entrevoir un changement à l'horizon. Malheureusement, ce mélange de vieux et de renouveau ne fonctionne pas toujours : We Turn Red , qui nous rappelle par momment Around The World, ne lève tout simplement pas. Ou encore The Longest Wave dont le refrain nous ramène directement à Evil Friends de Portugal. The Man mais qui détonne avec le reste de la chanson. Par chance, toutes les pièces de l'album ont un petit quelque chose d'accrocheur. Goodbye Angels  se termine en un délicieux jam tonitruant  et la facture musicale de This Ticonderogas se démarque malgré son inégalité. Go Robot est une belle symbiose entre la réalisation plus moderne de Danger Mouse et le côté funky des Red Hot Chili Peppers. Probablement une des meilleures pièces de l'album. Même si cette dernière aurait pu se retrouver sur le dernier de Daft Punk ou encore avoir été composée par MGMT! Beaucoup d'influences mais ça fonctionne. La dernière chanson, Dreams Of A Samourai, est aussi très réussie. La musique porte à merveille la voix et les émotions de Keidis et la production est quasi parfaite. Les arrangements de Nigel Godrich sont ingénieux tout en laissant la place aux musiciens. 

Klinghoffer peine à se faire une place e tl’absence de Frusicante laisse un vide sonore qu'il ne parvient pas encore à combler. Le chanteur Anthony Keidis reste égal à lui-même et sa poésie aussi. On aime ou on n'aime pas. Tout comme le batteur Chad Smith, d’ailleurs. Flea, de son côté, semble moins s'emporter qu'à l'habitude. Sa présence est parfois un peu reléguée à l’arrière plan au détriment du piquant habituel des Red Hot Chili Peppers. C’est la réalisation de Danger Mouse  qui prend  le dessus. : c'est plaisant et enivrant mais un peu excessif.

Somme toute, The Getaway est un bon album ou il y a plus de moments saisissant que de moments qui tombent à plat. Cependant, il faut quelques écoutes avant d'en apprécier la subilité. Reste à voir si les Peppers sauront capitaliser ce nouveau souffle et, surtout, le transposer sur la scène d'Osheaga cet été.

 

Lu 9048 fois Dernière modification le mardi, 21 juin 2016 01:04
Évaluer cet élément
(4 Votes)